« Pourquoi l’Office parlementaire qui enquête sur les effets secondaires des vaccins Covid ne rend-il pas publics tous ses débats? » – QG – Le média libre

Déjà, en n’auditionnant publiquement que trois « voix critiques » contre onze thuriféraires des vaccins, l’Office indiquait un certain parti pris dans l’organisation même de ses travaux, au cours desquels 9 personnes sur les 49 auditionnées proposaient une analyse différente du discours qui inonde les médias depuis le début de la vaccination de masse (« la vaccination est sans danger, elle protège les personnes vaccinées et protège aussi les autres, c’est sûr à 95%, etc. »). Mais surtout, alors même que son règlement l’autorisait à les rendre publics, l’Office a choisi de conduire ses travaux sous forme d’auditions privées, un format très contestable s’agissant d’une question majeure touchant à la santé de tous les Français. Ainsi, les auditions qui se sont déroulées de mars à mai 2022 ne seront jamais rendues publiques. Pourquoi ? Certaines auditions gêneraient-elles ? Le public ne serait-il pas en mesure de les entendre ? De les comprendre ? Aucune explication n’est fournie par l’Office.

Trois personnes dont les auditions ont été ainsi rendues quasi secrètes (Mme Christine Cotton, biostatisticienne, Mme Emmanuelle Darles et M. Vincent Pavan, enseignants-chercheurs des universités de Poitiers et Marseille) ont pourtant demandé à pouvoir faire part de leurs travaux pendant l’audition publique du 24 mai dernier. Peine perdue. Bien qu’elles se soient rendues devant le Sénat, le jour même de l’audition, elles ont trouvé portes closes. La sommation interpellative qu’elles ont fait délivrer au président de l’Office, M. Cédric Villani, fera toutefois date et il ne sera plus possible aux membres de l’Office de prétendre « qu’ils ne savaient pas ».

Pourtant, ce que ces personnes avaient à dire est essentiel pour l’information impartiale du public, sans laquelle on ne saurait parler de « consentement libre et éclairé » à la vaccination.

Leurs travaux révèlent en effet des éléments particulièrement alarmants.

Ils montrent d’abord d’importants problèmes méthodologiques dans les essais cliniques ayant conduit à l’Autorisation d’Urgence dès décembre 2020. Ainsi, les manquements et les biais de l’essai clinique de phase 3 du vaccin Pfizer rendent ses conclusions peu fiables du point de vue des bonnes pratiques cliniques, faussant l’évaluation du rapport bénéfice/risque.

 

 

 

 

Source : « Pourquoi l’Office parlementaire qui enquête sur les effets secondaires des vaccins Covid ne rend-il pas publics tous ses débats? » – QG – Le média libre

Le nouveau sous-préfet de Vendôme veut « s’investir pour le projet de site unique »

François Jouffroy, nouveau sous-préfet de Vendôme.

François Jouffroy, nouveau sous-préfet de Vendôme.
© Photo NR Antoine Richard

 

Né à Metz, en Moselle, et Jurassien de cœur, il a travaillé pendant dix ans au ministère des Armées avant de devenir premier secrétaire de l’ambassade de France à Londres.

« J’ai beaucoup œuvré pour accompagner l’entrée en vigueur du Brexit pour que la France et le Royaume-Uni restent connectés malgré cette contrainte. »

Accompagner le développement économique Désormais installé à Vendôme, il souhaitait « pouvoir se rapprocher du terrain. J’ai eu des postes en lien avec la sécurité et les thématiques internationales, mais je voulais élargir le volet de politique publique sur lequel je travaille. Dès cette semaine, je vais rencontrer les interlocuteurs de l’arrondissement à commencer par les maires. »

 

L’occasion de prendre le pouls du territoire et de ses enjeux. « Dans la lignée du travail effectuée par Magali Chapey, je souhaite accompagner le développement économique du territoire et pas seulement de Vendôme. L’objectif va également être de répondre aux tensions sur le marché de l’emploi dans de nombreux secteurs qui ont des difficultés à recruter. »

Source : Le nouveau sous-préfet de Vendôme veut « s’investir pour le projet de site unique »

Covid long : des foyers de virus cachés dans les intestins responsables de la persistance de symptômes ?

Le coronavirus forme des réservoirs viraux dans le tractus intestinal. © Rasi, Adobe Stock

 

 

 

Des recherches encore longues Mais les indices s’accumulent.

 

 

Ils sont tirés d’études indépendantes les unes des autres, souvent modestes, et vont dans le même sens : le coronavirus pourrait persister sous forme de réservoir actif dans plusieurs organes du corps humain.

Une étude menée après le décès de 44 patients indique la présence de l’ARN du coronavirus dans les tissus respiratoires et cardiaques et dans les intestins jusqu’à 230 jours après le début des symptômes.

Chez les enfants, la forme grave de Covid, appelé MISC ou PIMS, serait due en partie à une altération de la barrière intestinale par le virus.

Dans ce cas, des poches de virus actif se forment aussi dans les intestins et libèrent des antigènes viraux dans la circulation sanguine. Le coronavirus semble aussi déséquilibrer la flore intestinale chez les personnes atteintes de Covid long.

Source : Covid long : des foyers de virus cachés dans les intestins responsables de la persistance de symptômes ?

Vendôme : à l’hôpital, les urgences resteront ouvertes 24h/24 tout l’été

 

 

Aux urgences de Vendôme, la période estivale n’entraîne pas de changements dans la prise en charge des patients malgré les nombreux départs en vacances.

Aux urgences de Vendôme, la période estivale n’entraîne pas de changements dans la prise en charge des patients malgré les nombreux départs en vacances.
© Photo NR Antoine Richard

Les urgences du centre hospitalier Vendôme-Montoire resteront ouvertes tout l’été dans des conditions d’accueil similaires au reste de l’année. « Nous aurons du personnel 24h/24 capable de s’occuper de toutes les personnes qui se présenteront à nous. Comme d’habitude, les patients seront pris en charge en fonction de la gravité de leur cas et non de l’heure d’arrivée », assure Valérie Boismartel, directrice du centre hospitalier. Un accueil maintenu sans avoir recours à des intérimaires, mais grâce au dévouement des équipes en place.

 

La priorité reste de garder notre autonomie et ensuite on voit si on peut aider Valérie Boismartel, directrice du centre hospitalier Vendôme-Montoire

Source : Vendôme : à l’hôpital, les urgences resteront ouvertes 24h/24 tout l’été

Aéroport de Tours : un rapport accablant de la Chambre régionale des comptes

Le haut niveau de subventionnement et le mode de gestion retenu sont très critiqués par la Chambre régionale des comptes.

Le haut niveau de subventionnement et le mode de gestion retenu sont très critiqués par la Chambre régionale des comptes.
© NR Julien Pruvost

Le locataire fait payer un loyer… au propriétaire

Bonne affaire pour Edeis.

Les points les plus saillants du rapport ne concernent pas tant Ryanair, qui réalise la quasi-totalité des trafics avec des avions très remplis, que la société délégataire du contrat de service public, d’abord Lavalin puis Edeis.

La chambre observe que grâce aux subventions allouées par les collectivités (en 2020, 1,26 million d’euros de la Région, 1,09 du Département et  1,27 de la Métropole), le risque économique est très minimisé pour l’exploitant.

Source : Aéroport de Tours : un rapport accablant de la Chambre régionale des comptes

Développer l’apprentissage de l’allemand en France – une urgente nécessité ! – ADEAF

Développer l’apprentissage de l’allemand en France – une urgente nécessité !

 

Ce dossier a été constitué par l’ADEAF pour informer les décideurs politiques sur les problématiques de l’enseignement de l’allemand, les alerter sur la régression inquiétante de l’apprentissage de la langue de notre voisin d’Outre-Rhin et les convaincre de l’urgente nécessité de mettre en œuvre une politique volontariste prenant en compte ses demandes.

Il a été envoyé après le 1er tour des élections 2022 aux deux candidats restants.

Le dossier sera accompagné d’une lettre de la présidente et de la page qui résume nos revendications.

Vous pouvez télécharger l’ensemble de ces documents – lettre, revendications, le dossier complet de 91 pages – et aider à le faire connaître et diffusant le lien vers cette page dans vos réseaux.

PDF - 13.9 MoDévelopper l’apprentissage de l’allemand en France – une urgente nécessité ! – pdf

Tous les adhérents abonnés au bulletin ont également reçu ce dossier sous forme papier dans un bulletin spécial.

Les collègues y trouveront de quoi nourrir leurs propres argumentaires lors de leurs réunions parents ou négociations avec les chefs d’établissements.

Source : Développer l’apprentissage de l’allemand en France – une urgente nécessité ! – ADEAF

Risque de canicule la semaine prochaine : les différents scénarios – Actualités La Chaîne Météo

 

Actualités France

 

Pour mieux comprendre l’évolution des températures prévue la semaine prochaine, il est important d’avoir en tête le contexte météorologique actuel ainsi que quelques chiffres.

En ce milieu de semaine, l’indicateur thermique national (moyenne entre les minimales et les maximales) se situe autour de 21°C, soit déjà près de +3°C par rapport aux normales de saison calculées sur la période 1980-2010.

La température moyenne maximale se situe entre 26 et 27°C. Si ces niveaux vont se maintenir jusqu’à vendredi, avec des écarts notables entre l’extrême nord et la Provence, où les fortes chaleurs persisteront, ils vont ensuite augmenter à partir de samedi, avec le réchauffement de la masse d’air et l’orientation du vent au nord-est. L’indicateur thermique devrait atteindre 22°C (soit +4°C au-dessus de normales) et la moyenne des maximales les 28°C.

Nous prévoyons ainsi entre 30 et 35°C dimanche entre la Provence et le sud-ouest.

C’est réellement en début de semaine prochaine que les fortes puis très fortes chaleurs se feront davantage ressentir.

Lundi, les 30 à 35°C s’étendront jusqu’aux Pays-de-la-Loire, puis mardi sur tout l’ouest, et enfin mercredi, sur les ¾ du pays, avec des pointes entre 35 et 40°C.

Actualités France

 

Source : Risque de canicule la semaine prochaine : les différents scénarios – Actualités La Chaîne Météo

Fluent Reader – Un lecteur de flux RSS moderne

 

 

 

Fluent Reader

 

 

– Un lecteur de flux RSS moderne @KORBEN

—  4 AOÛT 2020

 

Si vous cherchez un peu de fraicheur dans ce doux monde de brutes des lecteurs de flux RSS et que vous n’accrochez pas avec mon préféré FEEDLY, je vous invite à jeter un oeil à Fluent Reader disponible sous macOS, Linux et Windows.

L’interface est très jolie et vous pouvez au choix ajouter vos flux un par un ou importer un OPML et paramétrer chaque flux pour que le contenu s’affiche sous la forme de texte dans Fluent Reader, sous la forme de page web ou s’ouvre directement dans un navigateur extérieur. Il est également possible de filtrer les flux pour marquer comme lu automatiquement certains sujets qui ne vous intéressent pas ou au contraire ne garder que ce qui vous plait…etc., le tout avec des filtres classiques ou des expressions régulières.

Fluent Reader peut se paramétrer en version claire ou sombre, avec un affichage sous forme de tuiles ou de listes, mais permet également de sauvegarder toute la config et l’ensemble de vos flux pour les restaurer ensuite sans souci.

 

Pour télécharger Fluent Reader sous macOS c’est par ici, pour Windows 10 c’est par ici, et pour Linux ou les anciennes versions de Windows, rendez-vous directement sur le Github. LINUX MACOS WINDOWS

Source : Fluent Reader – Un lecteur de flux RSS moderne

Les maths en lycée au Journal Officiel

L’arrêté définissant le retour des maths de façon facultative dans le tronc commun parait au Journal officiel du 7 juillet.

« Par dérogation aux dispositions de l’arrêté du 16 juillet 2018 modifié relatif à l’organisation et aux volumes horaires des enseignements du cycle terminal des lycées sanctionnés par le baccalauréat général, pour l’année scolaire 2022-2023, l’enseignement scientifique est complété, pour les élèves de première générale n’ayant pas choisi l’enseignement de spécialité mathématiques qui le souhaitent, par un enseignement de mathématiques spécifique d’une durée hebdomadaire d’une heure trente.

 

 » Rappelons que cette décision est jugée insuffisante par les associations scientifiques.

 

Au JO

 

 

Par fjarraud , le jeudi 07 juillet 2022.

 

Arrêté du 6 juillet 2022 relatif à la place des mathématiques dans les enseignements de la classe de première générale du lycée et à leur évaluation pour le baccalauréat pour l’année scolaire 2022-2023

NOR : MENE2215444A
ELI : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2022/7/6/MENE2215444A/jo/texte
JORF n°0156 du 7 juillet 2022
Texte n° 9

Version initiale

Le ministre de l’intérieur et des outre-mer et le ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse,
Vu le code de l’éducation ;
Vu l’arrêté du 16 juillet 2018 modifié relatif à l’organisation et aux volumes horaires des enseignements du cycle terminal des lycées sanctionnés par le baccalauréat général ;
Vu l’arrêté du 16 juillet 2018 modifié relatif aux modalités d’organisation du contrôle continu pour l’évaluation des enseignements dispensés dans les classes conduisant au baccalauréat général et au baccalauréat technologique ;
Vu l’arrêté du 16 juillet 2018 modifié relatif aux épreuves du baccalauréat général à compter de la session de 2021 ;
Vu l’arrêté du 17 janvier 2019 modifié le 17 juillet 2020 fixant le programme d’enseignement scientifique de la classe de première de la voie générale ;
Vu l’arrêté du 6 novembre 2019 modifié relatif à la dispense de certaines épreuves du baccalauréat général ou technologique pour les candidats qui changent de série ou de voie de formation ;
Vu l’avis du conseil supérieur de l’éducation du 20 juin 2022,
Arrêtent :

  • Par dérogation aux dispositions de l’arrêté du 16 juillet 2018 modifié relatif à l’organisation et aux volumes horaires des enseignements du cycle terminal des lycées sanctionnés par le baccalauréat général, pour l’année scolaire 2022-2023, l’enseignement scientifique est complété, pour les élèves de première générale n’ayant pas choisi l’enseignement de spécialité mathématiques qui le souhaitent, par un enseignement de mathématiques spécifique d’une durée hebdomadaire d’une heure trente.
    Par dérogation à l’arrêté du 16 juillet 2018 modifié relatif aux modalités d’organisation du contrôle continu pour l’évaluation des enseignements dispensés dans les classes conduisant au baccalauréat général et au baccalauréat technologique, pour les élèves concernés, cet enseignement de mathématiques est évalué selon les mêmes modalités que l’enseignement scientifique. Les notes obtenues dans le cadre du contrôle continu dans cet enseignement sont intégrées, avec une pondération spécifique, au calcul de la moyenne annuelle de première obtenue en enseignement scientifique, pour l’examen du baccalauréat général de la session 2024. Le coefficient global affecté à l’enseignement scientifique pour la classe de première demeure inchangé.

  • A l’article 9 de l’arrêté du 16 juillet 2018 modifié relatif aux modalités d’organisation du contrôle continu pour l’évaluation des enseignements dispensés dans les classes conduisant au baccalauréat général et au baccalauréat technologique, après le cinquième alinéa, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :
    « Pour la session 2024 du baccalauréat général, pour le candidat qui le souhaite et ne présente pas l’enseignement de spécialité mathématiques à l’examen, le programme de la classe de première sur lequel porte l’évaluation ponctuelle dans l’enseignement scientifique est le programme de l’enseignement scientifique de la classe de première complété par celui de l’enseignement mathématique dédié pour cette même classe. »

  • Le présent arrêté s’applique dans les îles de Wallis et Futuna.
    Le présent arrêté s’applique en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie, à l’exception du premier alinéa de l’article 1er.

  • Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 6 juillet 2022.

Le ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse,
Pour le ministre et par délégation :
Le directeur général de l’enseignement scolaire,
E. Geffray

Le ministre de l’intérieur et des outre-mer,
Pour le ministre et par délégation :
Le chef de service, adjoint à la directrice générale des outre-mer,
F. Joram

Extrait du Journal officiel électronique authentifiéPDF – 182,5 Ko

Retourner en haut de la page

 

 

Source : Les maths en lycée au Journal Officiel

Le 4 juillet 1916, un Américain est mort pour la France – Causeur

Le 4 juillet 1916, un Américain est mort pour la France

Alan Seeger © Wikimédia Commons

Le 4 juillet 1916, un Américain est mort pour la France

Le poète Alan Seeger est mort au combat dans la Somme, le jour de la Fête nationale américaine

 

Un message à l’Amérique :

« …quand retentit le terrible appel aux armes et que vint le temps de régler la querelle, [les Français] s’élancèrent vers leurs canons et chaque homme fut là, prêt, ardent. Observez, et vous verrez s’ils ne combattront pas jusqu’au bout pour leurs foyers, leurs autels et leur passé.

Oui, ils lutteront jusqu’à ce que tout le sang de leurs veines soit tari, pour l’amour de ce pays qui ne veut pas mourir !

O amis ! dans votre heureux bien-être présent […] si vous voyiez comment peut s’exalter une race, qui n’a point l’amour, non plus que la crainte de la guerre ; comment chacun peut abandonner son rôle personnel pour que tous puissent agir en parfaite communion ; comment des hommes peuvent s’élever jusqu’à la place qu’ils revendiquent, et une nation, jalouse de son bon renom, être fidèle à ses traditions de fierté, – Oh ! regardez ici et que la France vous enseigne ! »

 

 

Source : Le 4 juillet 1916, un Américain est mort pour la France – Causeur

SISLEY choisit Vendôme | Magcentre

SISLEY choisit Vendôme lundi, 4 juillet 2022

 

Le choix du groupe de cosmétique de luxe d’implanter un nouveau site de production près de Vendôme est une bonne nouvelle pour l’économie loir-et-chérienne.

Représentant un investissement de 35 M€, le chantier de cette nouvelle usine sera lancé en avril prochain.

Xavier Garnavault directeur de l’attractivité économique de la communauté d’agglomération a fait le reste en proposant du foncier à l’entrée du parc technologique. Deux lots, un de 13 hectares pour le bâtiment de production et un autre de 2,5 hectares pour le parking sont proposés à l’ETI. Le projet de cette nouvelle unité emploiera 200 à 250 salariés à l’horizon 2030, l’ouverture étant prévue en 2025.

Source : SISLEY choisit Vendôme | Magcentre

Enseignement professionnel : Macron a t-il franchi le Rubicon ?

Enseignement professionnel : Macron a t-il franchi le Rubicon ?

Macron veut-il aller trop loin ?

La nomination d’une ministre de l’enseignement professionnel auprès des deux ministères de l’Education nationale et du Travail passe mal.

Pour la FSU, « le nouveau gouvernement franchit une ligne rouge en créant cette double tutelle qui acte le fait qu’élèves et personnels de l’enseignement professionnel public ne relèveraient plus du seul ministère de l’Education nationale ».

Pour la fédération,  » Ce choix relève d’une vision étriquée de la formation des jeunes réduite à un strict objectif d’employabilité. La dimension émancipatrice, l’apport d’une culture commune riche et diversifiée, l’équilibre entre enseignements généraux et professionnels permettant des poursuites d’études pour toutes et tous, est complètement balayé.

Ce choix est aussi dangereux pour l’avenir d’une partie de la jeunesse, la plus fragile socialement, qui voit son parcours scolaire instrumentalisé pour répondre aux besoins économiques locaux ».

Source : Enseignement professionnel : Macron a t-il franchi le Rubicon ?

Thomas Jefferson, 3ème president Américain avait une maitresse Noire et esclave avec qui il a eu 3 enfants | AbidjanTV.net

 

Accolée à la chambre du troisième président des États-Unis, la petite chambre de Sally Hemings, dans la résidence de Monticello, avait été oubliée pendant des décennies.

Sally Hemings était la maîtresse, mais aussi, et surtout, l’esclave du troisième président américain Thomas Jefferson, mort en 1826.

Source : Thomas Jefferson, 3ème president Américain avait une maitresse Noire et esclave avec qui il a eu 3 enfants | AbidjanTV.net

Sigrid Gérardin : La revalorisation retardée et l’avenir de la voie pro

 

Emmanuel Macron a annoncé son intention de réformer la voie professionnelle.

 

Pour vous est-ce une menace ?

 

Il a annoncé une révolution des lycées professionnels sur le modèle de l’apprentissage avec le doublement des périodes de formation en milieu professionnel (PFMP). S’il fait cela, ça veut dire qu’en terminale il y aurait une réduction encore plus forte des enseignements généraux et aussi des savoirs professionnels.

Car, en entreprise, les élèves apprennent des gestes techniques mais pas la compréhension globale du métier.

 

Nous avons appris hier que ce projet ne serait pas mis en oeuvre à la rentrée 2022.

Mais on reste vigilant. Pour les autres propos d’E Macron, nous n’avons aucune information concrète.

On ne sait pas si les lycées professionnels resteront dans l’éducation nationale.

Ce qui est à l’ordre du jour c’est le calibrage des filières en fonction des besoins locaux de l’économie.

Or nous ne souhaitons pas que la carte des formations soit établie sur ce critère. Ce serait instrumentaliser les jeunes des lycées professionnels en les poussant vers des métiers en pénurie d’emplois du fait de leurs mauvaises conditions de travail.

Le gouvernement devrait cesser de répondre aux seules exigences des organisations patronales.

Source : Sigrid Gérardin : La revalorisation retardée et l’avenir de la voie pro

La majorité des dirigeants de C-Suite envisagent de démissionner, 40 % sont dépassés au travail : enquête Deloitte | ZeroHedge

La majorité des cadres supérieurs envisagent de démissionner, 40 % sont dépassés au travail : enquête Deloitte  PAR TYLER DURDEN

 

DIMANCHE 26 JUIN 2022 – 02:30É

 

 

crit par Naveen Anthrapully via The Epoch Times,Selon une enquête de Deloitte auprès de 2 100 employés et cadres de niveau C des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni et d’Australie, la majorité des cadres de la suite C envisagent de quitter leur emploi.

 

Selon le rapport d’enquête  publié le 22 juin, près de 70 % des cadres ont admis qu’ils envisageaient sérieusement de quitter leur emploi pour une meilleure opportunité qui favorise leur bien-être  . Plus des trois quarts des cadres ont déclaré que la pandémie de COVID-19 avait négativement affecté leur bien-être.

Environ un employé sur trois et des cadres supérieurs ont admis être constamment aux prises avec une mauvaise santé mentale et de la fatigue.

Alors que 41 % des cadres se sentaient « toujours » ou « souvent » stressés, 40 % étaient dépassés, 36 % étaient épuisés, 30 % se sentaient seuls et 26 % étaient déprimés. »

La plupart des employés (83 %) et des cadres (74 %) déclarent rencontrer des obstacles lorsqu’il s’agit d’atteindre leurs objectifs de bien-être, et ceux-ci sont largement liés à leur travail », indique le rapport.  »

En fait, les deux principaux obstacles cités par les gens étaient une lourde charge de travail ou un travail stressant (30 %) et le manque de temps en raison de longues heures de travail (27 %).

« Alors que 70 % des cadres supérieurs ont admis envisager de démissionner, ce nombre n’était que de 57 % parmi les autres employés. Le rapport a émis l’hypothèse que l’une des raisons d’un écart aussi important pourrait être le fait que les cadres supérieurs sont souvent dans une «situation financière plus solide», grâce à laquelle ils peuvent se permettre de rechercher de nouvelles opportunités de carrière.

Fait intéressant, alors que seulement 56 % des employés pensent que les dirigeants de leur entreprise se soucient de leur bien-être, un pourcentage beaucoup plus élevé de 91 % des administrateurs de la suite C étaient d’avis que leurs employés pensent que leurs dirigeants ont pris soin d’eux.

Le rapport a qualifié cela de « lacune notable ».

Taux de démission

Le rapport Deloitte intervient au milieu d’un débat sur les taux de démission de la main-d’œuvre américaine.

Plus de 4,4 millions d’Américains ont quitté leur emploi en avril, avec des offres d’emploi atteignant 11,9 millions, selon le département américain du Travail.

Au cours de la période de janvier 2021 à février 2022, près de 57 millions d’Américains ont quitté leur emploi.

Bien que certains l’appellent la « grande démission », lui donnant une connotation négative, l’implication n’est pas entièrement vraie puisque la plupart de ceux qui ont quitté leur emploi l’ont fait pour d’autres opportunités.

Au cours des mêmes 14 mois, près de 89 millions de personnes ont été embauchées. Il y a près de deux emplois ouverts pour chaque chômeur aux États-Unis, selon  MarketWatch .Dans une lettre économique de la Federal Reserve Bank de San Francisco  publiée  en avril, le professeur d’économie Bart Hobijn souligne que de fortes vagues de démissions étaient courantes lors des reprises économiques rapides de l’après-guerre avant 2000.

« Les vagues de démissions dans le secteur manufacturier en 1948, 1951, 1953, 1966, 1969 et 1973 sont du même ordre de grandeur que la vague actuelle » , écrit-il.

« Toutes ces vagues coïncident avec des périodes où l’emploi salarié a augmenté très rapidement, tant dans le secteur manufacturier que dans l’ensemble du secteur non agricole. »

Source : La majorité des dirigeants de C-Suite envisagent de démissionner, 40 % sont dépassés au travail : enquête Deloitte | ZeroHedge

On va juger la nouvelle Assemblée sur le vote autour du prolongement du pass vaccinal – Egalite et Réconciliation

 

« C’est au pied du mur qu’on reconnaît le maçon.

 

Les députés NUPES et RN vont rapidement s’offrir un baptême du feu avec le premier projet de loi Covid-19 que leur soumet Macron, laissé dans les cartons de Véran avenue de Ségur, et que sa successeure, quoique démissionnaire, a eu le temps d’envoyer – en extrême urgence – au Conseil d’État.

 

Atlantico s’est procuré le texte qu’il publie. Il est inscrit en urgence à partir du 29 juin.

 

Ce sera un test grandeur nature permettant de juger comment les députés NUPES et RN, qui se sont fait fort pendant la campagne et les mois passés de dénoncer les atteintes aux libertés publiques de la politique sanitaire de Macron-Véran, vont, avec l’appoint de députés LR « covid-sceptiques » sur la méthode gouvernementale, donner ou non un blanc-seing à Macron et prolonger jusqu’au « 31 mars 2023 » ses pleins pouvoirs réglementaires (pouvoir dérogatoire par simple « décret »).

 

Pleins pouvoirs jusqu’ici votés par les députés godillots d’En Marche. Les électeurs de NUPES, RN et LR ne manqueront pas de vérifier leur comportement, quelques jours à peine après le 2e tour.

Source : On va juger la nouvelle Assemblée sur le vote autour du prolongement du pass vaccinal – Egalite et Réconciliation