Lire le gaulois sur internet, ce sera bientôt possible !

Le calendrier de Coligny, trace d’écriture gauloise © De Agostini via Getty Images

Ainsi, en France, près de 800 sources écrites en langues gauloises ont été identifiées à ce jour.

Elles sont généralement très courtes, assez usuelles, parfois religieuses, et sont gravées dans la pierre, sur des poteries ou des feuilles de plomb, comme le signale un article du magazine Sciences et Avenir consacré au sujet.

Certaines sources sont cependant assez exceptionnelles, comme le calendrier de Coligny, trouvé au 19e siècle près de Lyon.

Plus long texte en gaulois connu à ce jour, il a servi de base à la compréhension de la langue.

On a ainsi pu identifier des traces de celtique dans la langue française ! Saviez-vous que « dune », « galet », « blé », « chêne », « ambassade », « balai », « chemise », « ruche », « cloche » ou encore « caillou » sont tous des mots qui nous proviennent des langues celtiques, dont fait partie le gaulois ?

Le projet RIIG – Recueil Informatisé des Inscriptions Gauloises est en cours depuis le 1er janvier 2020, et durera encore trois ans. Le but est d’éditer l’ensemble des inscriptions en langue gauloise du territoire français. Analyse linguistique, traduction et contexte archéologique accompagneront chaque texte édité et daté, dans le but de fournir une étude précise et complète.

Le RIIG sera en ligne et en Open Access, afin d’être consultable par tout le monde. Son contenu sera régulièrement mis à jour en fonction des dernières études et découvertes. Vous pourrez ainsi, si le cœur vous en dit, tenter de pratiquer votre gaulois dans les meilleures conditions !

Pour l’instant, l’initiative ne concerne que la France. Mais qui sait, un projet similaire verra peut-être le jour dans le futur pour réunir l’ensemble des sources celtiques et gauloises d’Europe, et donc de Belgique.

Source : Lire le gaulois sur internet, ce sera bientôt possible !

Share this nice post:

Comments Closed