Assurance-chômage, les discrètes manœuvres financières derrière la réforme

La ministre du travail Muriel Penicaud (à gauche) et le premier ministre Édouard Philippe lors de l’annonce de la nouvelle réforme de l’assurance chômage, le 18 juin 2019. Lucas Barioulet/AFP

https://theconversation.com/assurance-chomage-les-discretes-manoeuvres-financieres-derriere-la-reforme-119239

L’Unédic est-elle donc en crise ? Pas du tout ! Sa situation financière est même plus qu’équilibrée, si l’on retient uniquement la tâche d’assurance. En effet, pour 2019, les bilans comptables prévoient 2 milliards d’euros de manque dans les caisses de l’Unédic. Mais précisons que cette dernière est contrainte de verser 10 % des cotisations recueillies à Pôle emploi pour des frais de fonctionnement. Cela représente plus de 3 milliards d’euros annuels, transférés de l’assurance-chômage à Pôle emploi (55 % des frais de fonctionnement de ce dernier – les salariés financent deux fois plus Pôle emploi que l’État). Cela correspond aussi exactement au montant que le gouvernement entend faire supporter aux chômeurs. En conséquence, sans cette ponction discutable et indépendante des chômeurs, le budget est excédentaire d’1 milliard. Au bout du compte, l’ensemble des contributions d’actifs suffit à couvrir l’ensemble des indemnités versées aux chômeurs. Le régime contributif fonctionne et se finance seul. En cessant d’imputer le financement de Pôle emploi à l’assurance-chômage, il y aurait même assez de ressources pour verser une prime exceptionnelle de 150 euros à chacun des 6 millions d’inscrits.

Source : Assurance-chômage, les discrètes manœuvres financières derrière la réforme

Share this nice post:

Comments Closed