La résistance aux antibiotiques se transmettrait… par la pollution de l’air

La quantité de gènes résistants aux antibiotiques est la plus élevée à San Francisco et à Tours (figure a), tandis que le plus grand nombre de sortes de gènes a été mesuré à Pékin et à Brisbane en Australie (figure b). © Jing Li at al., Environmental Science & Technology.

Tours plus exposé que Hong Kong

Les chercheurs ont analysé l’air de vingt grandes villes (San Francisco, Paris, Zurich, Hong Kong, Pékin, Séoul…) pour y détecter la présence de 39 gènes de résistance à sept grands types d’antiobiotiques. Résultat, San Francisco est la ville la plus « contaminée » avec une concertation en ARG 100 fois supérieure à celle de Bandung, en Indonésie. Plus étonnant, Tours, en France, est classée deuxième alors que Hong Kong, supposée plus polluée, est avant-dernière. Pékin est, elle, la ville avec la plus grande diversité de gènes résistants, avec 18 types d’ARG détectés, contre treize pour la ville de Tours ou six pour Zurich. Particulièrement alarmant, des gènes résistants à la vancomycine, pourtant considéré comme l’un des antibiotiques les plus puissants, ont été détectés dans l’air de cinq grandes villes dont Pékin, Paris et Johannesburg.

Source : La résistance aux antibiotiques se transmettrait… par la pollution de l’air

Share this nice post:

Comments Closed