Paludisme, COVID-19 et miracle vaccinal – AIMSIB

Paludisme, COVID-19 et miracle vaccinal

Conclusion
Une première évidence, primaire : Le vaccin anti-malaria de GSK augmente le risque de complications de la malaria et diminue l’espérance de vie des bébés vaccinés. Il n’y a rien à transiger : il faut cesser immédiatement d’injecter ce vaccin !

Une seconde évidence, banale : Les industriels du vaccin, avec la complicité des autorités sanitaires (dont l’OMS), se croient tout permis. Sous prétexte d’humanité aujourd’hui en Afrique (avec la malaria) et demain chez nous sous prétexte d’urgence (avec le COVI 19), ils s’affranchissent des règles les plus élémentaires de la recherche médicale.

Une troisième évidence, scientifique : les malheurs du vaccin anti-malaria annoncent les malheurs du futur vaccin anti-COVI 19 ; car c’est en fait le énième échec d’un projet de vaccin annoncé miraculeux.

On commence par faire rêver, des données préliminaires encourageantes sont publiées, des crédits sont accordés, des contrats sont passés, de nouveaux essais sont annoncés pour confirmer les premiers, les années passent, les scandales suivent, les anathèmes se multiplient et, finalement, pour qui connaît la médecine des vaccins, il n’y a jamais de vaccin miracle et il n’y en aura jamais !

Nous devons l’admettre : il va falloir vivre avec le COVI 19 ; Comme nous avons appris à vivre avec le HIV-sida, les cancers et les maladies cardiovasculaires.

Ils vont devoir l’admettre ; le plus tôt sera le mieux : nous y veillerons…

Source : Paludisme, COVID-19 et miracle vaccinal – AIMSIB

Share this nice post:

Comments Closed